Dans le sport de haut niveau

 

Le Centre du Sommeil et de la Vigilance de l’Hôtel-Dieu, et tout particulièrement le Dr François DUFOREZ et le Dr Bertrand de LA GICLAIS, proposent aux sportifs professionnels engagés dans des compétitions de haut niveau, 2 types d’actions :

Une action centrée sur le rôle de l’exercice physique au bénéfice d’un meilleur sommeil.
Des groupes de patients peuvent pratiquer une séance d’activité physique « type », encadré par un professionnel de la santé pendant un cycle de 1 mois, à raison de 2 fois par semaine. L’objectif est de proposer aux patients la reprise d’une activité physique pouvant être reproductible en dehors de la structure hospitalière, au bénéfice d’une amélioration de leur sommeil.
L’équipe du centre évalue ces nouvelles stratégies thérapeutiques et propose d’en diffuser les résultats pratiques aux patients ainsi qu’au grand public.

Une consultation spécialisée sur « performance et sécurité » et rythmes chronobiologiques » chez les sportifs professionnels à haute exigence de vigilance. Le but est de mieux connaître leur horloge biologique et d’optimiser leur performance dans le cadre d’une sécurité renforcée.

Nos domaines d’intervention

skiper

La voile en solitaire et en équipage

Mise en place des programmes de sommeil et de vigilance pour les skippers des courses transocéaniques type Route du Rhum, Vendée Globe, Mini-transat….
Laurent et Yvan BOURGNON, Jean-Pierre DICK, Isabelle AUTISSIER,Thierry DUBOIS, Servanne ESCOFIER, Luce MOLINET
Et l’équipe Olympique de voile
Réalisation du tour de France à la voile en 2002

24-heures-du-mans_02

Les sports mécaniques

Préparation des équipages pour les 24 heures du Mans
Equipe PESCAROLO : Sébastien LOEB, Franck MONTAGNY, Emmanuel COLLARD, Nicolas MINASSIAN, Erik COMAS,

La formule 1
Olivier PANIS, Alain PROST et Gian-Carlo FISICHELLA …

Ainsi que les rallyes-raid
Equipe MITSUBISHI : Stéphane PETERHANSEL, Luc ALPHAND

kites

Les sports extrêmes

Course de la traversée de l’Atlantique en aviron
Romain VERGE

Kite surf
Manu BERTIN

joLes sports professionnels à déplacements et compétitions intercontinentaux

Aide à la récupération des équipes de France de football, rugby, tennis féminin et cyclisme sur piste
Les championnats du monde d’Athlétisme avec Christine ARRON

La voile et « power nap »

Chez les sportifs, la sieste est un outil de performance. Elle fait partie des programmes de préparation, d’adaptation et de récupération pour les compétitions. Plusieurs études ont confirmé que le sommeil de sieste contribue à améliorer les performances, la vigilance, la mémoire d’apprentissage et la psychomotricité. En 2011, une étude américaine menée sur des joueurs de basket professionnels a d’ailleurs montré qu’en donnant davantage, notamment avec des siestes, ils augmentaient de 9 % leur précision au tir ! C’est le fameux power nap (« sieste énergisante »).

Les clubs et les sportifs sont de plus en plus nombreux à faire appel à des experts pour évaluer leur profil de « siesteur professionnel ». Spécialiste du sommeil et du sport, le docteur François Du-forez accompagne depuis plus de vingt ans nombre d’entre eux dans le cadre de recherches appliquées au Centre du sommeil et de la vigilance  «Nous faisant ainsi des études sur la voile, car pour les navigateurs la sieste est une évidence étant donné leur privation de sommeil quotidienne. On évalue comment récupérer de la vigilance et de la concentration dans un contexte où les compétitions se poursuivent jour et nuit. Sachant que les marins vont dormir entre trois et cinq heures par 24 heures, on les a enregistrés en situation. On a montré qu’ils fonctionnaient sous forme de siestes, avec un sommeil de type animal qu’on appelle « polyphasique »

Pour le navigateur Jean-Pierre Dick, quatrième du Vendée Globe en 2013, cette étude « permet de mieux se connaître, d’être plus performant. Ainsi, au fil des années, on essaie d’identifier les heures d’entrée optimales pour les siestes». Le Vendée Globe est la course au large la plus éprouvante pour l’organisme, avec près de 80 jours en mer et des conditions de sécurité précaires. «Si le vent change sans arrêt en direction ou en force, cela nécessite d’être à fond sur le réglage du bateau. Donc, je dors par petites tranches de10 à 20 minutes. Il m’arrive aussi de dormir par sommeil flash de 1 ou 2 minutes. Dès que la situation le permet, je repars dans le rythme de trois tranches de 1 heure 15 par jour, plus 2 à 3 siestes de 15 minutes », témoigne le marin.

Technique pour la compétition, récupératrice pour l’organisme, la sieste est donc rationalisée dans le sport de haut niveau. Chez les footballeurs professionnels «la sieste est culturelle, c’est très courant»,. rappelle Philippe Kuentz, médecin sportif de l’AS Monaco.

Depuis 2014, le club fait appel au Centre du sommeil et de la vigilance. «Même si en temps normal la sieste n’est pas conseillée après heures, car on va prendre sur le sommeil du soir. On va modifier l’horloge biologique du joueur s’il y a match à 21 heures, par exemple, pour être hyperperformant entre 21 heures et 23 heures, explique de docteur Duforez. En dressant un profil de siesteur pour chaque joueur, le club a pu optimiser son planning: «Grâce à ce programme, nous avons aussi remarqué qu’il y avait des heures plus ou moins propices à l’entraînement On a donc adapté notre emploi ‘du temps en fonction de la disponibilité mentale et physique des joueurs », indique le docteur Kuentz.

A rebours des clichés sociaux, la sieste est donc loin d’une pratique passive et oisive pour les sportifs.